Vous Luttez Toujours avec les Mises à Jour des Algorithmes de Google ? Voici Ce Que Vous Pouvez Faire

EPN-Blog-20.jpg

Les visites sur votre site internet issues des moteurs de recherche continuent de baisser depuis quelques mois ?

Sans que vous le sachiez, votre site est peut-être tombé sous le coup de mises à jour répétées de la part de Google concernant la qualité des sites. Les sites internet misant sur la publicité et les liens d’affiliation sont les plus vulnérables vis-à-vis de ces mises à jour, et ce, pour trois raisons principales :

1.     Expérience utilisateur impactée par trop de publicités sur une page

2.     Publicités trop intrusives (comme les pop-ups, les comptes à rebours, etc.)

3.     Peu de contenu / aucune valeur ajoutée pour l’utilisateur

Dans cet article, nous nous concentrerons sur les deux premiers points, et plus précisément sur ce que vous pouvez faire pour éviter d’être pénalisé et pour regagner des positions si ce problème vous concerne. (Pour en savoir davantage quant à la création de contenu pertinent et de qualité, cliquez ici.)

Mais tout d’abord, parlons des expériences publicitaires…

Donc, qu’est-ce qu’une mauvaise expérience publicitaire et qui décide ?

Tout d’abord, Google définit l’expérience publicitaire comme étant la combinaison de « plusieurs éléments, à savoir la présentation et le comportement du site, mais aussi le contenu et les annonces qui sont présentés aux internautes. » Google fait ensuite la différence entre mobile et ordinateur. Les informations ne concernent pas les liens d’affiliation textuels, mais les bannières et autres affichages publicitaires.

Donc, qui décide si une expérience publicitaire est mauvaise ?

C’est une question importante posée par le groupe Coalition for Better Ads, créé fin 2016 par de grandes associations et entreprises internationales en lien avec les médias en ligne, en réaction au développement des logiciels antipub et afin de représenter un régulateur des publicités sur internet. À l’heure actuelle, Coalition for Better Ads affiche fièrement 35 membres parmi lesquels Google, Facebook et d’autres éditeurs d’informations et de publicités. Le groupe a pour but de créer et de faire appliquer des standards internationaux en utilisant une technologie évaluant les publicités en fonction des recherches des consommateurs, mais également selon le temps de chargement d’une page et le nombre de pixels-espions.

Pas moins de 25 000 personnes en Amérique du Nord et en Europe ont participé à la première étude consommateurs organisée par Coalition for Better Ads. Ils ont évalué différentes publicités selon la frustration et l’agacement que celles-ci généraient chez les gens. Les publicités suivantes ont été jugées comme étant les plus problématiques :

1.png

Vous pouvez en savoir plus sur chacune d’entre elles dans ce PDF récapitulatif. Rendez-vous sur le site internet pour en apprendre davantage sur l’étude et la méthodologie utilisée. Toutes ces publicités jugées agaçantes sont de grands formats, les liens textuels semblent ne pas poser de problèmes.

Quel est l’impact sur votre site internet ?

Google fait partie de cette coalition, et, plus tôt cette année, nous avons déjà vu des sites être impactés par des changements dans ses algorithmes. Les sites rétrogradés étaient notamment connus pour posséder ce qui a été jugé comme « une expérience publicitaire intrusive ». Ils ont probablement été ciblés en partie à cause des éléments mentionnés ci-dessus. Google a également pour projet en 2018 de bloquer les publicités dans Chrome en fonction de ces mêmes critères.

Associé à la volonté de Google d’aller vers une expérience mobile plus rapide (AMP) et à son nouvel index « Mobile First », cela sera très largement lié à ces changements. Nous constatons souvent que des publicités d’un tiers ralentissent considérablement le temps de chargement de la page, et les pages au chargement plus rapide obtiennent un meilleur taux de conversion.

Que pouvez-vous faire ?

Tout d’abord, la bonne nouvelle, c’est que maintenant vous connaissez les règles : pas de pop-ups, pas de publicités plein écran (surtout avec des comptes à rebours), et pas de publicités animées, sticky ads ou publicités en lecture automatique. En fait, la page ne doit pas contenir plus de 30 % d’espaces publicitaires.

Mais que se passe-t-il si vous passez par un réseau publicitaire, et comment savoir si vous avez un problème ?

Bonne nouvelle ! Google a lancé un outil que vous pouvez utiliser afin d’identifier si votre site risque d’être touché par les prochaines mises à jour de Chrome. Cela vous permettra également de savoir si votre site est déjà impacté par les algorithmes des moteurs de recherche basés sur la qualité des publicités. 

Introduction au rapport relatif à l'expérience publicitaire

2.png

Vous devez posséder un compte vous permettant d’avoir accès à la Search Console Google et votre site doit être validé afin de pouvoir utiliser cet outil. Lorsque c’est fait, cliquez sur « Web Tools » à gauche de votre écran. Choisissez votre site internet, et commencez par le rapport sur mobile, qui est sans doute le plus intéressant.

Lorsque vous aurez généré le rapport, vous verrez l’un des statuts suivants :

●      Non examiné : Google n’a pas encore examiné les expériences publicitaires de votre site. De manière préventive, il est conseillé d’apporter toutes les corrections nécessaires aux expériences publicitaires avant que Google ne procède à l’examen.

●      Conforme : Google a examiné votre site et n’a pas détecté d’expériences publicitaires agaçantes sur celui-ci.

●      Avertissement : Google a examiné votre site et a détecté un certain nombre d’expériences publicitaires ne respectant pas les normes Better Ads Standards. Vous devez résoudre ces problèmes le plus rapidement possible, et soumettre votre site pour un nouvel examen.

●      Échec : Google a examiné votre site et a détecté un grand nombre d’expériences publicitaires ne respectant pas les normes Better Ads Standards. Vous devez résoudre ces problèmes le plus rapidement possible et soumettre votre site pour un nouvel examen. Si votre site conserve cet état, le filtrage des annonces sera effectué dans Chrome.

Si l’état de votre site correspond à « Échec », et que vous devez le soumettre à nouveau, faites en sorte d’apporter les ajustements nécessaires. Il n’y a aucun délai lors de la première et de la deuxième soumission de votre site, mais, à partir de la troisième demande, le démarrage de l'examen est différé de 30 jours. Vous ne souhaitez sans doute pas être pénalisé sur une longue période.

Google vous indiquera la marche à suivre, mais pour faire simple, vous devez avant tout supprimer les expériences publicitaires agaçantes, puis soumettre à nouveau votre site.

unnamed.gif

Pour en savoir plus sur le rapport relatif à l’expérience publicitaire :

·       Introduction au rapport relatif à l'expérience publicitaire

·       Accéder au rapport relatif à l'expérience publicitaire et utiliser ce rapport

·       Résoudre les problèmes et soumettre un site pour examen

·       Examens des expériences publicitaires

Que se passera-t-il si je n’en tiens pas compte ?

Non seulement le trafic de votre site lié aux moteurs de recherche a de grandes chances de diminuer, mais comme Chrome représente une part très importante du marché des navigateurs internet, vous pouvez également vous attendre à voir vos revenus publicitaires baisser. En effet, les affichages publicitaires de votre site seront invisibles à davantage de personnes.

Recommandations

Si vous n’avez pas le temps de lire toutes les informations fournies par Google ou de faire un audit détaillé de votre site, voici quelques recommandations rapides et faciles à mettre en place :

  1. Limitez les pixels-espions et les réseaux publicitaires, limitez-vous à un ou deux réseaux.
  2. Faites appel à un réseau publicitaire connu, car il y a plus de chances que celui-ci vous propose des publicités plus rapides sur vos pages.
  3. N’utilisez que des affichages et des formats publicitaires recommandés : voici une bonne base.
  4. N’utilisez que les plus petits formats d’affichage (300 x 50, 300 x 250, 320 x 50, 320 x 250) pour les bannières publicitaires destinées aux applications mobiles, y compris pour les liens profonds et la promotion du téléchargement d’applications. Lorsque vous le pouvez, tâchez d’éviter les affichages pleine page.
  5. Ne placez pas de publicité après chaque paragraphe, gardez deux affichages tout au plus.
  6. N’utilisez pas tous les formats d’affichages publicitaires existants.
  7. De manière générale, évitez les pop-ups ainsi que les publicités en lecture automatique.

Il y a constamment des mises à jour des algorithmes afin d’améliorer en permanence l’expérience utilisateur. C’est le moment de faire le nécessaire afin que votre site internet respecte les règles en matière d’expériences publicitaires. Nous sommes toujours là pour vous. Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas à nous envoyer un message à EPNAide@ebay.com.

Pete Dainty est Directeur Principal de l’Expérience d’Achat et il dirige également le SEO chez eBay. Son objectif est de créer des expériences utilisateurs plus structurées sur eBay.